Coups de coeur - Décembre 2013

Kakukaku Shikajika

Kakukaku Shikajika 

Informations sur le titre :

Titre original : かくかくしかじか - Kakukaku Shikajika
Mangaka : HIGASHIMURA Akiko
Editeur original : Shueisha
Prépublié dans : Cocohana
Année : 2011
Nombre de volumes : 2 (en cours)
Genre : Josei - Autobiographie

Titre : Kakukaku Shikajika
Scantrad US : Hachimitsu Scans
Scantrad FR : aucune (?)

Résumé :

Voici l'autobiographie de la mangaka, dont le vrai nom est Akiko Hayashi, commençant alors que cette dernière est en troisième année de lycée. Grâce à son amie Futami, Akiko commence à participer à une classe de dessin donnée par Kenzou Hidaka, un professeur intimidant qui passe la plupart de son temps à crier sur ses élèves et les force à rester concentrés en utilisant un sabre en bambou. Au début, Akiko est troublée par le comportement du professeur et des autres élèves, mais elle continue quand même à venir et elle finira par devenir la mangaka que nous connaissons aujourd'hui.

Avis :

Cette série est une autobiographie en manga (genre tout à fait nouveau pour moi) mais elle se lit comme un shoujo / josei classique, pas comme un documentaire. Cette facilité d'accès est le premier atout de Kakukaku Shikajika, je pense. On retrouve les qualités déployées par Higashimura dans Princess Jellyfish (lecture fortement recommandée), le sens du récit, les gags très visuels, mais aussi, toujours, l'émotion qui surgit au bon moment et apporte de la profondeur. Mais ce qui fait vraiment la différence par rapport à un récit d'initiation classique, c'est le fait que la mangaka partage avec nous ses souvenirs. Elle revient sur son parcours tout en partageant avec nous ses réflexion. Cet aller-retour constant entre le présent et le passé est une bonne idée. Ça ancre le récit et lui apporte une dimension supplémentaire. L'honnêteté et la franchise dont l'auteur fait preuve sont très émouvantes. Elle a par ailleurs l'intelligence de romancer son histoire afin de la rendre plus attrayante, tout en restant fidèle à l'essentiel.

Certes, la mangaka a tendance à recourir, chapitre après chapitre, à la même structure éprouvée, et à faire systématiquement appel à la nostalgie et la mélancolie en fin de chapitre en évoquant son professeur, ce qui au bout d'un moment finit par sembler mécanique et sans surprise. Cependant, alors que ce serait un vrai défaut s'il s'agissait d'une histoire inventée de toutes pièces, l'histoire est vraie et les réflexions sincères, ce qui suscite chez moi une émotion véritable. Ces procédés ne sont pas destinés à masquer un manque d'inspiration mais à rendre le récit plus efficace. J'imagine que lorsqu'on raconte sa propre vie, il serait facile de s'égarer dans un récit un peu fastidieux. Pas de soucis à se faire à ce niveau là, le dynamisme est au rendez-vous, un peu au prix de l'introspection d'ailleurs. C'est sans doute la raison pour laquelle je m'amuse à imaginer ce que donnerait cette série dessinée par Natsume Ono ou Est Em, au style on ne peut plus différent.

Quoi qu'il en soit, je conseille vraiment chaudement la lecture de cette série, à tous. Je ne pense pas qu'il soit nécessaire d'être familier de l'oeuvre d'Akiko Higashimura pour l'apprécier, car les thèmes évoqués sont universels : parcours d'une artiste, devenue mangaka, évolution de ses relations avec son mentor et hommage à celui-ci, passage à l'âge adulte, évocation du temps qui passe... A lire, donc.

A suivre

Séries qui ont retenues mon attention mais dont je n'ai pour l'instant pas lu suffisamment de chapitres pour pouvoir écrire une critique. Bien entendu, si mon intérêt se confirme, je le ferai dès que possible.

  • Re collection , de TAKANO Ichigo (anglais : Simple Scans, français : Kokoro no manga)
  • Ippo, de Est Em (anglais : acme)

Coups de coeur rédigés par Caro

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir